L’alcool: un frein à la réussite de l’entraînement

Une rumeur tenace prétend qu’une bière bue après le sport serait régénératrice. Mais il n’en est rien ! Découvrez les effets de l’alcool sur notre corps, et comment boire correctement a un impact très positif sur les résultats de l’entraînement.

Même si l’on a l’impression que l’alcool provoque un sentiment de détente, c’est en réalité l’opposé qu’il déclenche. En effet, en libérant du cortisol, également appelé l’hormone du stress, l’alcool met le corps en état d’alerte. C’est d’autant plus dommage que le sport est censé aider à se relaxer en stimulant l’élimination de cortisol.

La sécrétion de cortisol ne nuit pas seulement à l’équilibre corporel, elle entrave aussi le développement musculaire. Des études montrent que des valeurs de cortisol élevées font baisser le taux de testostérone et freinent donc la croissance des muscles.

L’alcool déséquilibre le métabolisme

L’alcool est éliminé par le foie, qui joue un rôle important dans le métabolisme. Le corps percevant l’alcool comme une toxine, c’est-à-dire comme un poison, il met aussitôt tout en œuvre pour l’éliminer. Or, en particulier après l’entraînement, cela perturbe l’apport de protéines dont l’organisme a besoin pour la croissance musculaire. Conséquence : notre corps n’est plus suffisamment en mesure d’assurer le développement de la musculature.

Notre corps a besoin de liquide

Nombreux sont ceux qui boivent trop peu pendant un entraînement ou une compétition, car la sensation de soif peut être alors atténuée. Dans ce cas, il faut se forcer à se désaltérer régulièrement pour éviter une perte d’eau trop importante.

L’alcool retire au corps de l’eau précieuse

L’alcool stimule la formation d’urine et favorise ainsi la déshydratation du corps. Comme les électrolytes sont en particulier évacués avec l’urine, le risque de crampe s’accroît. En cas d’ivresse, cela peut prendre une semaine pour que le corps soit alimenté au niveau cellulaire avec la part habituelle d’eau. Afin d’être au top de sa forme, on ne devrait boire aucune goutte d’alcool 48 heures avant la compétition.

En principe, le corps réagit à l’effort physique en réparant les blessures musculaires microscopiques et en développant le tissu musculaire. Le corps est le mieux à même d’accomplir cette tâche s’il est assez alimenté en eau et s’il est suffisamment reposé – deux points que la consommation d’alcool perturbe.


3 conseils pour bien boire

Conseil no 1: boire beaucoup d’eau.

Buvez suffisamment d’eau pendant et après l’entraînement pour que votre corps reste performant.

Conseil no 2 : respecter des règles strictes.

Boire ou ne pas boire d’alcool? Si vous adoptez des règles strictes, vous n’aurez plus à vous poser cette question. Décidez par exemple de consommer uniquement de l’alcool les jours où vous ne faites pas de sport. Des applis telles que «Lift» ou «Habitizer» vous aident à développer de nouvelles habitudes vous aidant à respecter les règles que vous avez fixées.

Conseil no 3: associer au bon partenaire.

Vous souhaitez boire moins, voire plus du tout d’alcool? Trouvez une personne qui cherche la même chose que vous – d’expérience, elles sont plus nombreuses que vous le pensez. Prendre ensemble un engagement incite à le tenir.