«A 50 ans, je suis assurée en demi-privé – c’est garanti.»

Feuilleter

​««Tout s’est bien passé», lit Silvia dans le SMS de son amie Marie qui vient de se faire poser une prothèse de la hanche.

Le lendemain soir, Silvia trouve Marie d’excellente humeur dans la chambre d’hôpital. Ce n’est pas un miracle que l’intervention se soit passée sans le moindre problème. En effet, deux connaissances lui avaient conseillé le Dr Moser et, après le premier entretien, elle était déjà convaincue que celui-ci était le médecin de son choix.

««Et figure-toi, raconte Marie, en tant qu’assurée en demi-privée, je peux commander mes repas à la carte.» Un brin jalouse, Silvia pense à ce moment-là à son frigidaire qui, momentanément, n’offre que peu de choses.

Vérifier la couverture d’assurance
De retour à la maison, Silvia est soucieuse. Elle a presque 20 ans de moins que Marie mais lorsqu’elle sera plus âgée, elle veut aussi choisir librement le médecin et profiter d’un peu de confort en milieu hospitalier. Toutefois, elle n’aimerait pas payer aujourd’hui déjà la prime pour la division privée. Mais qu’advient-il lorsque des problèmes de santé apparaissent déjà plus tôt et si, dans 10 ou 15 ans, elle ne peut plus conclure l’assurance complémentaire pour la division demi-privée?

Prévoir aujourd’hui pour demain
Elle demande conseil et lorsqu’elle entend parler de Garanta, l’assurance garantissant l’admission, tout est clair pour elle: «C’est la solution – l’admission garantie pour peu d’argent.» Elle conclut l’assurance complémentaire, moyennant un examen de santé comme le veut l’usage, pour une durée de 15 ans et se dit satisfaite: «A 50 ans, je suis assurée en demi-privé – c’est garanti.»

Feuilleter